Une réhabilitation des super-héros : contre le positivisme à tout prix

Salariat, positivisme, et liberté d’expression

Le « positivisme à tout prix » fait partie intégrante de l’aspect social au travail. Afin d’être intégré et de faire carrière, le salarié doit vanter les mérites de notre système économique et, ce, à toutes les échelles :

  • au niveau individuel. Le salarié doit expliquer en quoi son travail est innovant, même si au fond de lui il sait très bien qu’il est purement alimentaire.
  • au niveau du groupe. Le salarié doit relayer la publicité faite par son entreprise, tout en faisant semblant de s’exprimer à titre personnel. La frontière entre publicité et expression d’opinion a ainsi été gommée, certaines publicités étant même moins lisses que des propos « libres » d’employés.
  • au niveau du pays. Le salarié doit adhérer à la politique menée, tout en se prétendant apolitique, ce qui est en ligne avec la propagande menée par le gouvernement actuel, « ni de gauche, ni de droite ». Nombre de salariés affichent dans un cadre professionnel leur soutien au président, tout en s’offusquant, au nom de ce même « professionnalisme », lorsque des idées différentes de la ligne gouvernementale sont émises.

Ce « positivisme à tout prix » est imposé tacitement, sans l’être explicitement. Il est souvent présenté comme une « aide à la réussite » [1]. Mais malheur aux salariés n’adhérant pas à cette pseudo-aide. D’ailleurs, c’est cette dictature d’un positivisme factice, en vérité une soumission au pouvoir, qui permet de réaliser des inversions : présenter des contraintes comme des aides, ou des mesures défavorables comme favorables [2].

L’origine de ce positivisme : le marketing appliqué aux personnes

Instaurer ce positivisme a été un coup de génie de la part du pouvoir. Il fait pire que de tuer la liberté d’expression, il détourne l’esprit même de cette dernière. Ainsi, nombre de salariés défendent des politiques qui objectivement leur nuisent, dans l’espoir d’obtenir ou de conserver de fragiles avantages sociaux.

L’instauration de ce positivisme a été faite à l’aide du marketing. Le marketing, au départ utilisé pour vendre des produits, a été étendu aux personnes. Après tout, le monde du travail consiste à savoir « se vendre ». Les personnes sont devenues des produits comme les autres. D’où des « opinions personnelles » de salariés ressemblant à des publicités, mauvaises de surcroît.

Cette forme de marketing trouve, en France, ses racines dans les années 80. Jacques Séguéla, célèbre publicitaire, avait, à plusieurs reprises, dirigé la stratégie de communication de François Mitterrand [3]. De façon particulièrement représentative, le slogan politique « Génération Mitterrand » a été inspiré de la publicité « Génération Pepsi ».

Dans cette logique marketing poussée à l’extrême, il n’y a plus de différence entre vendre des canettes de soda et se faire élire. C’est bien pour cette raison que les dirigeants passent facilement du secteur privé au secteur public, et réciproquement.

Le positivisme à tout prix nuisible à un réel progrès social

Une conséquence importante du détournement de la liberté d’expression, voire de la liberté de pensée (fond et forme étant liés), est qu’il est nuisible à un réel progrès social. En effet, le progrès répond à des besoins : par exemple des progrès en médecine permettent de soigner des maladies. La première étape, nécessaire au progrès, est d’être « négatif », à savoir garder sa lucidité et constater les problèmes existants.

Comme expliqué, l’idéologie qui domine actuellement dans le monde du travail est bien différente. Plus largement, la logique même sous-tendant le progrès a été cassée par le marketing : dorénavant, il ne s’agit plus de créer des produits qui répondent aux besoins des personnes, mais au contraire de créer des besoins correspondant aux produits manufacturés.

Cette manière de procéder donne une impression de progrès social constant. Dommage qu’il soit factice, les conditions de vie de bien des citoyens se dégradant. Plus d’un Français sur trois a déjà fait l’expérience de la pauvreté [4].

Quant à la pollution, notamment atmosphérique, on peut considérer que cette dernière est une conséquence matérielle des dérives idéologiques mentionnées : ne pas se soucier du « négatif »… jusqu’au moment où cela n’est plus tenable. Ironiquement, ce qui a été sciemment « oublié » devient alors une « priorité ».

Réhabilitons les vrais « super-héros »

Certaines personnes vont jusqu’à s’autoproclamer « super-héros », ou bien prétendent qu’elles vont faire de nous des « super-héros », grâce à des méthodes de développement personnel, qui ne sont en réalité que des redites de la méthode Coué [5], avec le risque de perdre lucidité et esprit critique.

Le drame, c’est que notre société comporte de véritables super-héros, et qu’ils sont en général ignorés, voire méprisés. Un véritable super-héros combat des menaces, ce qui ne rentre pas dans le cadre de pensée décrit précédemment.

En particulier, la France compte :

  • plus de 200 000 aides-soignants, mal rémunérés [6] ;
  • plus de 200 000 soldats professionnels [7]. En nombre, l’armée française est la première d’Europe. Cependant, le manque de moyens est régulièrement montré du doigt [8].

Il serait grand temps de considérer et de valoriser ces super-héros à leur juste valeur.

Sources

[1] https://docteurzinzin.com/2017/12/03/analyse-propagande/ Analyse critique d’une forme de propagande

[2] https://docteurzinzin.com/2017/07/25/guerre-des-mots/ La guerre des mots, ou comment appauvrir les citoyens… sous leurs applaudissements

[3] https://fr.wikipedia.org/wiki/Jacques_Séguéla Jacques Séguéla

[4] https://www.secourspopulaire.fr/11e-barometre-ipsos-spf-2017 11e baromètre Ipsos / SPF 2017 11e baromètre Ipsos-SPF

[5] https://fr.wikipedia.org/wiki/Méthode_Coué Méthode Coué

[6] https://www.aide-soignant.com/article/ressources/actualites/as/effectifs-aides-soignants-stables-2015-mais-plus-contrats-precaires Des effectifs aides-soignants stables en 2015 mais plus de contrats précaires

[7] https://www.francetvinfo.fr/france/14-juillet/infographies-operations-dans-le-monde-effectifs-chars-avions-quelle-est-la-situation-de-l-armee-francaise_2281865.html Opérations dans le monde, effectifs, chars, avions… Quelle est la situation de l’armée française ?

[8] https://information.tv5monde.com/info/france-l-armee-t-elle-les-moyens-de-ses-ambitions-207089 France : L’armée a-t-elle les moyens de ses ambitions ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s