Compte prévention : la promotion de l’inacceptable

Beaucoup d’hommes politiques plaquent une idéologie sur la réalité, même si l’idéologie en question ne correspond absolument pas aux faits. Cette idéologie servira ainsi d’effet miroir par rapport à des réalités dérangeantes pour les différents lobbies existants.

Pourtant, cela n’empêche pas ces hommes politiques d’être élus, au contraire : Emmanuel Macron est un exemple. Cela s’explique par le fait que les votes des citoyens sont en vérité rarement lucides, et influencés par bon nombre de facteurs. Beaucoup de citoyens votent ainsi pour des intérêts opposés aux leurs, se laissant influencer par ces idéologies qui se réclament d’un « bien commun », mais qui en vérité ne correspondent qu’au bien de certains.

Emmanuel Macron avait notamment affirmé, au cours d’une réunion avec le Medef, alors qu’il était candidat à l’élection présidentielle, vouloir supprimer le terme de « compte pénibilité », car ce dernier « induit que le travail est une douleur » alors que selon lui « le travail, c’est l’émancipation, c’est ce qui nous donne une place » [1].

La majorité des personnes vous le dira : de telles phrases grandiloquentes sur « le travail » n’ont pas de sens. Tout dépend du métier que vous exercez, du milieu au sein duquel vous travaillez, de votre salaire, de votre statut, etc.

Ainsi, l’uniformisation de l’âge du départ à la retraite qui avait été présenté comme un critère d’équité est en vérité inégalitaire, les travailleurs étant plus ou moins usés selon leurs conditions de travail.

Tenir compte de la pénibilité semble rétablir donc un peu d’égalité : les travailleurs justifiant d’une incapacité permanente d’origine professionnelle (d’au moins 10%, et sous conditions) ou ayant accumulé un nombre minimal de points sur un compte personnel de pénibilité, prenant en compte différents critères, pourront partir plus tôt à la retraite.

Hélas, l’implémentation pratique de la prise en compte de la pénibilité est révoltante et abuse d’effets miroirs :

  • Le compte pénibilité est un moyen d’institutionnaliser et d’autoriser des conditions désastreuses de travail, et même de les justifier, en faisant gagner des « points » au salarié, lui donnant le « privilège » de pouvoir partir à la retraite plus tôt ; alors que les conditions désastreuses en question devraient simplement être illégales. Ainsi, une incapacité de 10% correspond par exemple à une perte de tous les orteils, de toutes les dents, ou de la voix. Quel « grand privilège » d’être autorisé à partir plus tôt à la retraite lorsqu’on est travailleur manuel et qu’on a perdu tous ses orteils…
  • Le compte pénibilité est renommé « compte de prévention », alors que la logique en est inverse, et, ce, afin de tenir la promesse de campagne d’Emmanuel Macron. Alors que la prévention consiste par définition à empêcher que le travailleur ne prenne des risques et ne tombe malade, le principe du « compte de prévention » revient au contraire à indemniser a posteriori de tels travailleurs.
  • Seuls six critères sont retenus : travail de nuit, répétitif, en horaires alternants ou en milieu hyperbare, ainsi que le bruit et les températures extrêmes. La manutention de charges lourdes, les postures pénibles, les vibrations mécaniques et les risques chimiques sortent du compte à points (un départ à la retraite anticipé peut avoir lieu si une incapacité de 10% a été reconnue) [2].

La modification du nom du dispositif permet de réaliser des effets miroir et de « travailler » l’inconscient des différents citoyens. Les victimes sont présentées comme des privilégiés, et les compensations postérieures à des conditions de travail inacceptables ou une maladie professionnelle présentées comme de la prévention.

De plus, il n’y a rien de prévu quant au management par la terreur, induisant notamment des suicides (par exemple, suicide d’une trentaine de salariés de France Telecom entre 2008 et 2009) et des troubles psychiatriques (près de 20% de la population Française souffre de troubles psychiatriques). Est-ce parce que « le travail, c’est l’émancipation » ?

Sources

[1] http://tempsreel.nouvelobs.com/en-direct/a-chaud/35120-macron-emmanuel-macron-supprimer-compte-penibilite-parce.html Emmanuel Macron veut « supprimer » le nom du compte pénibilité parce qu’il « induit que le travail est une douleur »

[2] http://lentreprise.lexpress.fr/rh-management/droit-travail/nouveau-compte-penibilite-l-entreprise-y-gagne-le-salarie-y-perd_1926054.html Réforme du compte pénibilité

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s