Réapprenons à nous vacciner

La ministre de la Santé Agnès Buzyn a appelé samedi à avoir « confiance dans les vaccins », critiquant vertement les parents hostiles à ce type de médication pour leurs enfants, en pleine controverse sur la vaccination obligatoire. (Source : AFP)

L’abondance des incitations à se vacciner semble produire l’effet inverse de celui escompté, certains enfants n’étant même plus vaccinés contre la rougeole notamment.

Ce type de comportement est du à l’existence de vaccins pour des raisons commerciales plus que médicales. Le vaccin contre la grippe est un exemple :

  • dans une année donnée, plusieurs souches du virus existent, et le vaccin ne protège que de la souche considérée comme dominante. On peut donc être vacciné contre la grippe et l’attraper quand même : le vaccin n’est que partiel.
  • d’une année à l’autre, le virus mute. Se faire vacciner contre la grippe implique donc la création d’anticorps qui ne peuvent servir que temporairement. Quelqu’un voulant être (partiellement) protégé de la grippe devra ainsi se faire vacciner chaque année, ce qui implique autant de types d’anticorps créés que d’années de vaccination. Cela ne pourrait-il pas être néfaste pour le système immunitaire de disposer de beaucoup de types d’anticorps différents qui ne servent pas ?

Ainsi, sur le plan scientifique, le vaccin contre la grippe est bancal, la grippe ne présentant pas les caractéristiques requises pour une protection par vaccin (virus qui mute, multiplicité des souches existantes).

Beaucoup de personnes ne se font pas au final vacciner contre la grippe, et, ne tombant pas malades pour autant, sont tentées de conclure que se faire vacciner est inutile.

Or, certains vaccins, dont celui contre la rougeole, sont au contraire réellement utiles, car fiables et durables. Rendre ces vaccins obligatoires pour les enfants est une mesure sanitaire importante. Il faut donc saluer l’initiative de la ministre de la Santé, qui a annoncé vouloir rendre obligatoires onze vaccins pour les enfants (actuellement, seuls trois vaccins infantiles sont obligatoires : le DTP : diphtérie, tétanos et poliomyélite). Le projet de loi correspondant sera examiné à la fin de l’année.

MISE A JOUR (au 31 août 2017) :

L’entrée en vigueur des onze vaccins obligatoires pour les enfants sera effective à partir du 1er janvier, a précisé jeudi Agnès Buzyn. (Source : AFP)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s